Les digues de carras

Météocarras

La digue de Carras est abritée par vent d’Ouest, Sud-Ouest. Exposée au coup d’Est, elle devient vite impraticable. 2 à 3 jours sont nécessaires pour retrouver une visi correcte. Attention : en cas d’orage ou de forte pluie, la mise à l’eau, qui est à coté d’une sortie de vallon, peut se transformer en véritable calvaire.

Accès

L’accès se fait depuis la promenade des Anglais. Entrer dans la station TOTAL pour passer derrière et prendre la petite route. Passer le portail ( toujours ouvert ) et arriver sur le port. Garez vous ou vous pouvez.
Habillez vous près de la voiture, la mise à l’eau se fait de la petite plage qui est entre le port et la digue.

Description

Le départ à la palme se fait de la petite plage, il faut compter entre 1h30 et 3 heures pour faire l’aller-retour.
La technique, l’indachon, l’agachienne et l’agachon, peuvent se pratiquer. Il faut aussi privilégier la discrétion. Le fond descend progressivement sur une largeur de 15 à 30 mètres suivant l’endroit ( Maxi 7m de profondeur et plus si l’on veut ).
On trouve donc le plus fréquemment, des sars, des sars, des sars mais aussi des daurades, vieilles, rougets, marbrés, poulpes, seiches, quelques loups et,et,et,et, il y a aussi des sérioles et des Barras ( déjà vu des gros spécimens ).
Enfin il y en a pour tous les niveaux.


ATTENTION

L’aéroport de Nice est dans le prolongement de « la digue de Carras » il ne faut en aucun cas dépasser la limite. Lorsque vous arriverez au grillage, STOP !!!!!!!!!!!!!!!
Il faudra revenir.

N’oubliez pas votre permis sur votre bouée et ne vous laissez pas attirer sur la digue de l’aéroport par le chant des sirènes, beaucoup plus poissonneuses mais INTERDITE.

Du cap-gros à l'olivette

Météocap gros

zone exposée au mistral (et protégée du vent d’est dans une certaine mesure, tout du moins entre la pointe de l’Ilette et l’olivette)

Accès

A la palme de multiples zones d’accès très faciles
- Le sentier douanier qui longe 1 bonne partie du cap et qui offre des accès un peu partout
- Le château de la Croe
- L’olivette (en se garant sur le parking en bas du virage …. Payant l’été !)

En bateau
- 1 cale de mise à l’eau gratuite au petit port de la salis
- Sinon des cales mais payantes a priori depuis les ports d’Antibes, Juan les pins, Golf juan.

Description

Du cap gros à la baie de l’argent faux (Sam)

Du tombant du cap Gros, en direction de Juan, s’étend un vaste domaine semé d’embûches aquatiques ou la pêche à l’Indienne prend tout son sens en bordure. Ici et là, sars, loup, dorins, dorades garnissent les écueils rocheux. En ce terrain de chasse qui est le nôtre, nous rappelons la maille à 2, 10 et 8 kilos pour ces espèces En coulant le long des parois qui jalonnent le bord, le chapon sera rencontré si tant est qu’on veille à le sortir de son sommeil avec tact et délicatesse. C’est à dire au 110 double sandows. Certains ayant eu de GROOOOOOOOsses difficultés à inoxiser avec de trop petits fusils et de trop prés ce type de poisson bagarreur, c’est désormais cette technique de chasse qui est prônée sur place. gobi 0 -chapon 1 !!
Sur les bancs de sable, en bordure de tombant ou au pied de la falaise, de beaux rougets trient inlassablement le fond à la recherche de THE crevette. Bien sûr, le rouget est protégé sur ce secteur et ne peut être tiré.. si.. si ;
En période hivernale, il n’est pas rare que la dynastie du cul ouvert récolte ici et là une araignée.
La seiche et le poulpe, s’ils sont prélevés, devront être consommés crus sur place, debout, dans 1.2 mètres d’eau salée. Enfin, la baudroie est occasionnellement présente à ses heures et saison, en ce
saint lieu. Par mesure de préservation de l’espèce, nous vous invitons à faire preuve de civisme si vous croisez cet animal. Abandonnez votre bouée à cinq mètres de la position de chasse statique de ce poisson afin que cette zone ne soit pas dérangée. NOUS ? on passe le samedi relever les bouées .
En arrivant sur le plateau de la Love, un petit tombant vous accueille et peut réserver quelque surprises. En se positionnant dos au bord et depuis le tombant, en palmant vers 11 heures, d’autres tombants vous attendent et plus loin, dans le même axe, les failles à Michel qu’il n’est pas aisé de situer avec des mots;;;;Enfin, c’est par-là.
Belles configuration pour l’agachon sur des posts à environ quinze mètres de fond sur le haut des secs. S’en suivent, sur une belle longueur et en bordure, des blocs et des pierres et des rochers, tout ça très mélangé et il faut avoir l’œil pour retrouver LA pierre, surtout avec des amers pris sur une mouette et les fleurs de saison…
c’est une technique personnelle.
Tous les agachons dans la bande des 75 mètres du bord peuvent réserver de bien belles émotions. Pour les courageux qui ont encore des jambes et qui ne souhaitent pas stopper là leur périple ..Je parle de valeureux guerriers comme Sam et Rouget qui lustrent les cailloux du domaine par leurs passages si occasionnels, vous arrivez ensuite en baie de l’argent faux ou des milliardaires…Y’a ni pognons à trou ni faux
billets qui flottent mais …peut-être une Pépite écaillée à surprendre à trou dans cette baie qui se prête à toutes les techniques de chasse sous marine.
Le reste, que des mauvais spots, des trous trop petits pour y mettre des poissons, des filets abandonnés, des no man’s land d’eau salée….Enfin, on vous aura prévenu ! mais si ça change, tenez nous au courant .Pour être sûr, on fera interdire la zone aux envahisseurs !!!!

De la baie de l’argent faux à l’olivette (Gobi)

La sortie de la baie de l'argent faux peut réserver quelques belles surprises. Par vent d'est, ça tape un peu et on peut croiser toute sorte de prédateurs (loups, petits dentis et limons) sur des fonds de 8 à 10m.
Le sec St Pierre qui se situe en face de la pointe à 200m du bord est facilement accessible à la palme mais reste dangereux car il est sur le passage des bateaux qui se rendent d'Antibes à Cannes. Le kayak ou le zodiac est préférable uniquement pour pouvoir être repéré plus facilement. A éviter par mer un peu formée pour les mêmes raisons.
Si vous êtes le premier sur le coin, vous pourrez croiser sur le plateau un banc de bécunes de taille moyenne. Elles sont souvent présentes en été et viennent vous tourner sous les palmes. Au large du plateau, une zone peu profonde retient de jolis sars et des royales. Le tombant côté Ouest du plateau est constitué de superbes blocs vers 8m et il tombe allégrement jusqu'a 25 voire 30m. Une chasse à l'indienne ou à trou est propice à la rencontre de gros sars. Les agachons ne m'ont jamais apportés satisfaction, pour l'instant, car j'ai pas dit mon dernier mot !
En revenant vers le bord, regardez très attentivement si vous ne voyez pas ... ma palme
En direction de Juan, vous croiserez de jolis tombants connus pour retenir de jolis sars à des profondeurs accessibles à la plupart d'entre nous (8-10m). Mais l'intérêt de ces tombants est de pouvoir agachonner entre 20 et 25m, voire plus. A ces profondeurs, les sars sont moins farouches et les dentis sont de taille respectable ... enfin, lorsqu'ils y sont, bien sûr. Lorsque la visibilité est limitée et le courant présent, il est difficile de se ventiler en restant sur place ... méfiez-vous tout de même, car ça descend vite, Jaffar pourra vous en parler, il a pris peur lorsque son profondimètre affichait 29,2m et qu'il n'était toujours pas au fond
Le sec devant l'Eden Roc (Rascouï) est superbe à voir. Au passage faites donc un coucou au couple qui prend le soleil devant leur piscine. Le sec remonte par endroit jusqu'a 2m. Il retient presque toutes les espèces: sars, bien évidemment, mais aussi corbs, bécunes, dentis, limons, chapons, rougets et des bancs de saupes énormes gravitent sur le plateau. Les chasseurs peu profond se feront déjà plaisir même si la taille des poissons dépasse rarement le kilo. Une première marche vers 8m amène sur du posidonie ou du sable (à une extrémité de ce sec, on peut voir 4 statuettes de Bouddha) et descend ensuite plus ou moins vite vers des fonds abyssaux.
Au niveau de l'Olivette, sur les premiers tombants, on croise souvent aux premières heures du jour, de la dorade du loup et du petit denti. Certains prétendent être tombé nez à nez avec des liches de 5Kg au moment de la mise à l'eau... encore une excuse pour nous faire accepter une possible brocouille, car autant les meilleurs jours, le coin peut-être un vrai aquarium, autant le lendemain il peut être désertique. C'est d'ailleurs souvent ces jours là que je suis à l'eau
En face de la mise à l'eau, on trouve une zone de madrépore à 300m du bord. Cette zone peut profonde a l'énorme avantage d'être située à 500m de l'élevage. J'ai pu y croiser des royales de bonnes tailles et des bancs d'une cinquantaine de blanquettes. Le poisson est très localisé à cet endroit là et il faut surtout bien se cacher ... ce qui n'est pas forcement évident, combinaison lisse à oublier sinon, tu fais le Gérard majax de la csm, tu fais la coulée en combi néoprène et tu remonte à poil…Très très fort ce gérard ……

Les iles de Lerins

Météo

Dépend des zones (voir descriptif des parcours)Image

Accès

Autoroute A8, sortie Cannes centre. Les îles se trouvent face au Cap Croisette.

>> Si vous prenez la navette : attention il est très difficile de stationner l’été à Cannes et les parkings sont payants et chers (2,2 €/ heure).

>> Si vous avez un bateau : mise à l’eau pour l’instant au Cap Croisette juste avant le casino du Palm Beach avec un grand parking gratuit à coté (il est recommandé d’attacher la remorque).

Autres mises à l’eau :

>> La cale du Mouré Rouge devrait re-ouvrir cet été, mais sera payante. Elle se situe à 500m du Cap Croisette, coté Golfe Juans.
>> Mise à l’eau de Golfe Juans. Attention exposée à la mer agitée.
>> Mandelieu la Napoule, sur le Riou, 100m avant le casino de Mandelieu. 9h/ 19h (7,50 €).

Description

A la palme :
Parcours 1 : le Batéguier
Au départ de la plage, à 300m de l’embarcadère de la navette, ce parcours est recommandé aux débutants, mais il peut réserver de très bonne surprises. Les fonds sont ici très proches et majoritairement recouverts de posidonies.
Pourtant à la lueur du jour ou en fin de journée, il n’est pas rare de croiser un beau loup ou une blanquette, en particulier près de la balise du Batéguier. Un banc de mulet peut aussi être de passage dans très peu d’eau. Ce parcours est bien abrité du vent d’est, par Mistral (ouest) on privilégiera les trous, mais l’idéal est un petit clapot avec un léger courant. Après avoir fait le bord et le tour de la balise, à l’indienne, on pourra chercher plus aux larges les jolis blocs qui retiennent de la vie et ce jusqu’au tombant plus à l’ouest.

Parcours 2 : la Tradelière

La mise à l’eau se fera juste avant la pointe Carbonel. Avant de la contourner à l’indienne, on prendra soin de faire quelques agachons, car les dorades affectionnent ce coin. Les conditions idéales étant ici une mer pas trop calme, on pourra alors alterner la chasse au bord, éventuellement dans l’écume et plus profond si la vie est présente. Entre l’île et l’îlot, puis les écueils, on pourra croiser un loup solitaire ou un banc de mulet, mais la faible profondeur rend les agachons difficiles. Coté nord de la Tradelière quelques blocs et belles failles sont à visiter, ils retiennent souvent des sars.
Il faudra ensuite choisir entre le tour de l’îlot à l’indienne, avec quelques agachons ou s’éloigner un peu pour trouver un terrain plus accidenté où la vie est très présente.

Parcours 3 : St Féreol
La mise à l’eau se fera au plus près de la pointe Est de l’île St-Honorat, pour effectuer un petit slalom au milieu des écueils. Les fonds tombent ici plus vite qu’à la Tradelière et présentent pas mal de posidonies, où l’on trouve quelques pierres pouvant abriter des corbs, que l’on rencontrera seulement en dehors de période d’agitation « touristico-balnéaire ».
Si la météo le permet le tour des écueils à l’indienne permettra de surprendre des sars ou parfois une dorade. A l’extrémité Est un tunnel rocheux fait office de bon poste à agachon face au large.
On pourra ensuite rechercher les pierres isolées plus au sud où il existe des ragues exploitables. Par faible visibilité on privilégiera l’agachon, alors que si l’eau est « cristal » on fera plutôt du rase cailloux. Dans tous les cas il est important d’éviter les périodes d’affluence dans la journée et toujours garder à l’idée que de beaux poissons circulent, surtout dans le courant, il faut donc être prêt !
J’ai en mémoire un agachon dans 5m d’eau où un gros loup de 5kg m’est arrivé dessus comme une balle, pour virer à 90° devant ma flèche et repartir aussi vite. La surprise a fait que je n’ai pas profité du laps de temps imparti pour lâcher ma flèche, il faut donc être toujours prêt, si l’on ne veut pas avoir de regrets !

En bateau :
C’est parti pour une tournée de quelques spots mythiques des îles.
Aux premières heures du jour, on pourra commencer par un arrêt sur la basse du vengeur (B1) qui est un magnifique tombant qui culmine vers 10-15m pour finir sur 40m. En été il retient beaucoup de poissons fourrage et si le courant est présent on pourra y croiser quelques prédateurs. Dentis, mais aussi sars ou chapons sont des habitués des lieus. Des agachons en limite de tombant ou plus bas sur une « marche » peuvent donner de bons résultats.
Autre spot encore plus vaste, la Tradelière (B2) et les tombants qui l’entourent. Du nord au sud de l’îlot, en passant par l’est ces tombants sont très découpés donc riches pour la chasse à trou, mais aussi très exposé à la houle, au courant et au passage de bateau. Il faut donc être prudent, bien se signaler, si possible avec le bateau. Tout type de pêche entre 5 et 25m ou plus est permis et on peut y croiser toutes les espèces possibles de poissons ; pas mal de corbs au printemps.
On pourra ensuite faire un saut à la balise sud des Moines (B3) si ça ne « frappe » pas trop. Encore une zone vaste et variée. Près de la balise dans quelques mètres d’eau, on pourra croiser un loup ou une dorade. A l’est un tombant sympathique, à l’ouest quelques blocs à prospecter et pas mal de sars. Ensuite la zone s’étend loin vers le sud, avec des posidonies et des pierres intéressantes où chapons, sars et poissons de roches se côtoient.
Autre spot intéressant à l’ouest de St-Honorat, le large de la pointe du Barbier (B4). Cette zone plus profonde, entre 15 et 20m ou plus, abrite quelques corbs qui papillonnent au printemps et des bancs de denti à la belle saison. Cela peu représenter une pêche assez physique dans le courant.
Pour finir la journée, le jolie tombant du Dragon (B5) est très exposé au passage des bateaux qui quittent leur mouillage, mais retient souvent quelques chapons qui se dorent au soleil.
Sur les tombants, le poisson se tient généralement à l’abri des chasseurs, vers 30 ou 40m, mais ils ne dédaignent pas remonter un peu pour se nourrir et s’oxygéner ; la difficulté réside alors dans le fait d’être là au bon moment ou à attiser sa curiosité.

Petite anecdote de pêche sur les tombants. C’était la fin de journée, profitant des derniers rayons de soleil, je tente un agachon sur une marche, vers 20m, parallèle au tombant, quand au bout de quelques secondes je distingue des mouvements plus bas sur ma gauche. Ils sont 5 ou 6, très calmes. Etant en fin d’apnée, je lâche le rocher et me laisse très doucement couler vers eux. J’aligne le premier qui semble largement à ma portée, il est énorme ! Visant derrière la tête, je me concentre déjà sur le combat qui va suivre pour remonter en contrôlant le moulinet, pensant à mon coéquipier juste au-dessus pour m’aider. A ma grande surprise, la flèche vient mourir près de l’ouïe, la distance était en fait trop grande et la bête encore plus loin que je ne le croyais, certainement plus de 8kg …

De la Salis au Cap-Gros

Météo

Zone exposée par vent d’est (et protégée du mistral), qui peut devenir rapidement impraticable

Accès

A la palme de multiples zones d’accès très faciles
  • En face de la Grenille juste avant la pointe Bacon : 1 petite crique avec escalier depuis la route
  • Entre la pointe Bacon et les plages de la Garoupe quelques accès possibles
  • La plage de la Garoupe
En bateau
  • 1 cale de mise à l’eau gratuite au petit port de la salis
  • Sinon des cales mais payantes a priori depuis les ports d’Antibes, Juan les pins, Golf juan.

Description

De la Salis à la pointe Bacon (Rouget, Sam, Dam)Salis

Depuis la plage de la salis jusqu’à la pointe Bacon la chasse se réalise dans peu d’eau principalement sur un fond de posidonie. Saaauuuf, bien sûr, sur le ffffâmeux tombant de la Salis réservé aux initiés du site…Et pour ceux qui touchent un peu dans la pêche au dahut à écaille brune, baah, y’a de quoi se gaver l’estime de soi !!!
Quand l’eau est un peu sale, après un vent d’Est ou éventuellement de la pluie (l’eau se troublant assez rapidement car fortement conditionnée par la présence de l’embouchure du var) les loups se trouvent dans peu d’eau ainsi que les sars mais de plus belles rencontres ne sont pas à écarter !
Autour de la petite et de la grande Grenille la chasse se pratique également dans peu d’eau. A privilégier donc quand ça « tape » un minimum sous peine de ne voir rien d’autre que la pointe de son fusil. C’est d’ailleurs là que j’y ai fait mon premier poisson en chasse sous marine : 1 castagnole et j’en étais très fier ! (J’en ai la larme à l’œil.. Dans deux lignes, il nous parlera de sa première fois)
Un peu enlargué (d’après Dam c’est un mixte entre au large et avec du fond) de la grande Grenille on trouve une petite série de remontées, tombants. Le matin de bonne heure et le soir avant que le soleil se couche (C’est le genre de conditions qu’il faut remplir si vous ne voulez pas plonger de nuit !!!!!)….. Bref on vous laisse découvrir mais bon il se murmure certaines choses patatipatata…,,,des ragots, des bruit de houle, rien de valablement perceptible et d’exploitable, mais on en parle….
Bon ça évitera de devoir trop le répéter par la suite, mais sur le cap comme généralement dans d’autres endroits, ce sont des coins à explorer en priorité, sans faire une liste exhaustive de tous les poissons que l’on peut y rencontrer nous dirons que la vie y est très présente. (Ca c’est l’info alléchante pour vous guider sur les postes pourlingues du coin !! ) il paraît que cet endroit fut témoin du dépucelage de guillaume en « chasse par eau claire » : devait y avoir 10 m de visi (J’vous avais prévenu quelques lignes plus haut ! )
A proximité de la pointe bacon et de la Grenille se trouve une petite remontée( la boute !) où la chasse à trou selon l’époque peut être intéressante. Une belle bande de poil entoure ce spot, c’est facile à retrouver. Pour ceux qui peuvent s’envoyer un minimum ( !!!! ça recommence ), au large de la Grenille se trouve le sec de la Pequerolle dont le sommet culmine vers 17/18 m avec son quota de beau mérou et la vie qui va avec : par contre bateau obligatoire.. à la palme depuis le bord ça serait suicidaire. (Là , sans rire, avec les précautions de sécurité qui s’imposent, c’est un endroit magique ou j’ai pu voir le musée du mérou un beau jour de juin…-). Si néanmoins vous vouliez vous y aventurer, il suffit d’aligner la boute avec le phare de la Garoupe.

Cap-grosDe la pointe Bacon au cap gros (Rouget, Sam, Dam)

De la pointe bacon aux plages de la Garoupe, la chasse se réalise dans peu d’eau sur des fonds mixtes : herbier, sable, roches. Il y a même un joli tuyau dans le coin à angle droit de la côte qu’un certain chasseur aurait sans doute apprécié ! si vous le suivez, il vous emmènera sur le tombant du Pilon, dont le sommet se situe vers 12/15m, à vous de faire
La faune n’est pas forcément très excitante mais selon les conditions on peut y faire quelques poissons. A mi-chemin, un petit tombant permettra par contre de faire quelques agachons en bordure de madrépore qui peuvent s’avérer payants.
Les plages de la garoupe sont en principe interdites à la CSM car étant en zone de baignade exclusive, donc il faudra se contenter d’explorer la zone en dehors des limites des bouées constituées de bans de sables et de mattes de posidonies. Néanmoins rien n’interdit de jeter un coup d’œil dans la dite baignade qui peut réserver de belles surprises … sur un tout autre terrain de jeu.
En remontant vers le cap gros (en longeant le sentier douanier dit également des contrebandiers) on atteint une première pointe qui marque le début d’un joli tombant qui s’enfonce progressivement dans la baie de la garoupe. Ce tombant reste au demeurant très accessible car d’une vingtaine de mètres au plus bas avec une bonne partie entre 5 et 12 m, la bordure de sable au fond étant le repère de poissons à barbillons. Il fut le théâtre de la rencontre avec 1 dauphin il n’y a pas si longtemps qui nous a accompagné durant une bonne demi heure, enfin c’est peut être l’inverse .. bon bref de toute façon on s’en fout, c’était génial !
Cette première pointe est constituée notamment d’un bel amas rocheux qui s’étend vers le large et qui permet une chasse à trou dans des profondeurs là aussi raisonnables, entre 5 et 10 m. Des petits corbs sont souvent regroupés au sein des plus belles pierres mais leur taille ne permet généralement tout au plus que le coup d’œil.
Environ 200 m plus loin en continuant vers le cap gros, une seconde pointe souvent balayée par le courant est propice aux loups et aux sars.
La zone au large de cette pointe se révèle souvent très intéressante, le courant par contre y est soutenu rendant la chasse assez épuisante et quand les méduses sont de la partie, c’est le pied !
Ensuite se dessine le cap gros, bref rien d’intéressant, passez votre chemin.
« Hein t’es sur ? »
« oui oui certain .. »
De toute façon, ne cherchez pas, c’est mon jardin mais depuis peu aussi celui de Sam, Stephen …et même d’1 gars venu des Aresquiers, bref pas que du bon ! .. et il faudra vraiment se lever de bonheur (ou de bonne heure si vous préférez .. ) pour nous passer devant ! .. oui, je sais, on est chiant mais bon, on essaye de rattraper notre piètre niveau comme on peut !
Remarque avec guillaume, pas trop de risque .. Pointez-vous vers 9h30 / 10 h ça sera toujours assez tôt pour passer avant lui
Ce beau tombant vertigineux (qui passe de 5 m à 20 m à la verticale) parallèle à la côte offre parfois de belles rencontres mais bon, j’en ai déjà trop dit ! Il est souvent exposé au courant, en particulier dans sa partie la plus à l’est et il marque généralement la séparation entre l’eau sale (qui vient de l’embouchure du var si vous avez bien suivi) et l’eau claire …. Avec parfois un contraste assez saisissant en même pas 2 ou 3 mètres.

Menton - Cap martin

Météo

En cas de mauvais temps vent d'est par exemple, ce spot devient un bon spot de surf pour débutant près du bastion en face du vieux menton.

Accès

Tout le long du bord de mer de Menton , vous pouvez distinguer une suite de digues immergées (au total 6 je crois)Image toutes reliées entre elles par des digues sous marines (ou plutôt des reefs artificiels).La profondeur n’excède pas les 4 m.
Il est possible de faire un départ de la plage n’importe où tout en sachant que chaque segment de digue , étrangement, contient ses familles de poissons, je vous laisse le soin de découvrir qui est qui ?? ;o)

Description

Les digues de Menton
On y trouve quasiment tout type de poissons, en tout cas j’y ai déjà à peu près tout vu .En grande majorité du sar , dont quelques beaux spécimens dépassant le kilo, mais ceux la savent lire écrire et parlent même plusieurs langues….
Il y aussi du corb mais plus en été , ainsi que Dorade, dorin , très peu de loups bien que j'ai vu des spécimens de 4 kilos facile et l'été y a même des liches en début et fin de journée qui viennent se balader (j en ai flêché une en septembre l'année dernière de 5 kilos ) et un ami en a piqué une très tôt le matin de 20 kilos … Il y a aussi énormément de mérous et je constate à chaque sortie que la population s'agrandie rapidement, bien évidement il ne s'agit pas de gros spécimens , le plus gros devait faire 4 KG et même des dentis mais pas très gros.

Les chasses les plus appropriées à ce type de fond sont bien sûr l’agachon et l'indienne, muni d'un 90 voir un 100 ainsi que d'un baudrier pour évoluer discrètement au fond .

Le Cap-Martin
Le Cap Martin ou Cap des amoureux, il y a un sentier avec lequel on peut rejoindre Monaco à pied , c’est vraiment très sympa . D ailleurs pour tous ceux qui sont mariés voila une balade bien sympa à faire avec madame tout en prospectant secrètement les zones intéressantes , pour la plongée bien sûr …

Le Cap Martin, est composé de rochers très saillants et assez hauts ce qui rend les mises à l’eau relativement dangereuses parfois. Il faudra donc bien choisir au préalable son point d’entrée en tenant compte du fait que la mer peut se lever pendant la chasse.

Le Cap côté Menton est totalement dépourvu de poissons !!Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai jamais rien vu de ce côté là, peut-être les restaurants et les fonds lunaires y sont pour quelques choses….
La pointe du Cap-Martin est beaucoup plus attrayante. On y trouve de tout et l’été de belles liches et barracudas traînent ainsi que les dentis !!! Les fonds peuvent aller jusqu'à 10-15 Mètres et il y a quelques beaux tombants et autres secs riches en poissons.

Le Cap est un site attrayant du fait que le poisson n’y a jamais le même comportement. En effet, en fonction du temps j ai remarqué des changements de pierre de familles de poissons ainsi que leur comportement plus peureux ou au contraire très curieux.

Donc voila le Cap. Comme tous les caps c’est un bon site à visiter notamment le côté qui donne sur la baie de Monaco. Je pense que ce site est réservé au chasseur déjà expérimenté car la chasse se fait entre 6 et 15 mètres.
template joomlatemplate joomla gratuit
2017  Spearboy   globbers joomla templates