Le merou brun

ImageNom scientifique : Epinephelus marginatus
Noms communs : mérou, mérou noir, saran géant, mérou brun

Caractéristiques physiques

Taille et poids
Le mérou est l’un des plus grands poissons que l’on puisse rencontrer. Il peut atteindre 140 cm et peser jusqu’à 65 kg.

Morphologie
Il est généralement d’un brun rougeâtre ou jaunâtre avec des taches blanches ou jaunes pâles. Epinephelus signifie « avec des images dessus ». Trapu et massif, il possède une tête imposante et une mâchoire puissante. Sa mâchoire inférieure se prolonge en avant de la mâchoire supérieure. Enfin, ses larges nageoires pectorales lui permettent de se tenir immobile devant son trou : on dit qu’il « papillonne ». Le mérou est d’abord femelle et devient mâle à partir de 9-10 ans, mais les études ne sont pas très précises à ce sujet. Le mérou est un prédateur en fin de chaîne alimentaire, il se nourrit d’autres poissons, de crustacés et de céphalopodes. On considère qu’un spécimen de 35 à 40 kg à un âge d’environ 25 ans.

Habitat

Le mérou est un animal bentique qui se cache dans les trous et crevasses entre 4 et 100m de profondeur. Les éboulis rocheux et les pierres isolées sur le sable sont ses autres habitats privilégiés. Les gros spécimens se situent par contre dans de grandes profondeurs pour les chasseurs et les apnéistes, entre 20 et 30m.

Approche

Une demi-coulée vous permettra de repérer le mérou qui papillonne devant son trou, le mérou n’attaquant que le poisson de passage. S’il est à l’affût devant son trou, vous pouvez espérer le tirer à l’issue d’une longue coulée. S’il est mal placé, revenez plus tard, il se sera peut-être déplacé. S’il se présente de côté ou de derrière, il convient de faire attention. Il faut le tirer derrière la tête et le long de la colonne vertébrale. Toutefois, il est de mise de ne tirer ce poisson que s’il existe une bonne chance de le sortir. Par respect pour le poisson et pour votre sécurité, on ne compte pas le nombre de chasseurs qui ont laissé l a vie sur un gros mérou. Si vous avez du mal à sortir un mérou, utilisez la méthode décrite par Didier Desprat dans « chasser en Méditerranée » dévidez votre moulinet et reliez votre arbalète à une bouée immergée d’1 m ou 2 . Cela aura pour effet de maintenir en tension le nylon de l’arbalète et de fatiguer votre prise. Le mérou, pour ne pas être tiré en dehors de son repaire, ne respire plus, laisse ses ouïes écartées et finit par être asphyxié. Une fois sorti, saisissez-le par les yeux, les ouïes étant extrêmement coupantes. Une arbalète de 90 ou 100 cm, équipée d’une flèche de 7mm et d’un moulinet est l’équipement requis pour ce poisson.

Nous vous rappelons que le mérou est protégé et que sa capture est interdite sur le littoral méditerranéen Français.

La saupe

ImageNom scientifique : Sarpa Salpa
Noms communs : saupe, daurade rayée,daurade jaune

Caractéristiques physiques

Taille et poids
Peut dépasser 50 cm de longueur

Morphologie
La saupe possède un corps ovale et allongé, une petite tête, une petite bouche. Sa robe est de couleur grise argentée, légèrement bleutée, ornée d’une dizaine de lignes longitudinales dont la teinte or vif est du plus belle effet. C’est peut-être pour cela que les poissonniers n’hésitent pas à la vendre à quelques parisiens sous le nom de

Habitat

Elles vivent toujours au voisinage du fond, au-dessus des rochers, du sable ou des herbiers, rarement au-delà de 20m. En effet, plus bas, les saupes ne trouveraient pas leur nourriture. La saupe se nourrit principalement d’algues vertes et brunes mais aussi de posidonies.

Approche

Il est très difficile de piéger ces poissons d’une agilité incroyable. Il ne faut jamais effrayé le banc dont on approche par agachon successif, ou en progressant " à l’indienne ", en se camouflant partout ou cela est possible. A bonne portée, on tire, le banc éclate, et se reforme plus loin. L’arbalète de 90 est recommandée. On peut tout aussi bien, en faisant du bruit, enraguer les saupes. La prise est plus facile si l’on dispose d’une arbalète de 60 cm. Attention à la chair qui est très fragile.

Le marbré

ImageNom scientifique : Pagellus mormyrus
Noms communs : mourme, rayé

Caractéristiques physiques

Taille et poids
il a une taille moyenne de 20 à 30 cm, pouvant aller jusqu'à 50 cm pour plus d'un kilo

Morphologie
Le corps est allongé et comprimé latéralement. Le museau est long avec une grande bouche accentué par son protractile. La lèvre supérieure avance en pointe quand le poisson veut attraper sa proie. Ses lèvres sont épaisses et contiennent plusieurs rangées de molaires pour broyer les coquillages et les petits crustacés. Une nageoire dorsale unique est constituée de 11 à 12 rayons épineux. Le marbré est de teinte claire à dominante blanche avec des reflets gris argent.

Habitat

Présent sur les côtes dès le printemps, le marbré fréquente les fonds sablonneux entourés d'herbiers de posidonies. Ils sont présents près des rivages pratiquement toute l'année, notamment dans les estuaires, les étangs côtiers et même dans certains ports. Le marbré creuse le fond en formant de véritables cuvettes et déniche ainsi des vers marins, coquillages et petits crustacés qui composent sa nourriture.

Approche

Deux techniques se détachent suivant si le marbré est occupé à se nourrir activement ou s'il nage en plein eau. En mangeant, le marbré soulève des nuages de sable, ce qui permet de les repérer d'assez loin. Il faudra alors se placer si possible avec le soleil, le vent, les vagues ou le courant derrière soi. Il conviendra alors de s'approcher à l'indienne, le fusil ramené sous soi, en veillant à s'arrêter dès le poisson cesse de manger. Dès que le marbré reprend sa besogne, il faudra s'approcher rapidement et lâcher sa flèche. L'autre méthode consistera à agachonner en se plaquant contre le sable le plus à plat possible. Le plus souvent, le poisson viendra franchement et directement vers le chasseur. Là à vous de jouer !

Le sar commun

ImageNom scientifique : Diplodus Sargus
Noms communs : Sar, sargue

Caractéristiques physiques

Taille et poids
On distingue chez le sar plusieurs espèces : Le sar commun, le sar à museau pointu (bécofino), le sar à tête noir (vidriade ou veirade), le pataclet (sar de posidonies), le sar-tambour

Morphologie
Le corps est ovale, haut et comprimé sur les côtés. La tête est moyenne avec un museau assez court. La nageoire dorsale démarre assez loin en arrière de la tête et comprend 11 à 12 rayons épineux et 12 à 15 rayons mous. A la base de la nageoire anale se trouvent 3 épines acérées dont il faudra se méfier lorsque que l'on prend dans la main un gros sar. La queue est fourchue.

Habitat

Les sars vivent sur pratiquement tous les fonds de la zone côtière, de quelques centimètres à une quarantaine de mètres. On les rencontre autour des prairies de posidonies, le long des tombants, ils ne dédaignent pas pas les étendues de sable, mais c'est surtout sur des fonds rocheux qu'ils sont le plus nombreux. Les jetées constituées de blocs de pierres leur offrent de nombreux abris et de la nourriture en abondance. On les trouvent aussi dans les fameuses ragues à sars qui sont des blocs de roche assez plats, creux au dessous et parcourus d'espaces libres et de galeries.

Approche

Un des rares poissons qui se pêche de toutes les manières possibles, mais ça ne veut pas dire qu'il est aisé de l'attraper ! L'agachon s'applique, car en pleine haut il devient de plus en plus difficile de l'approcher. La technique est connue, il ne faut plus bouger, se plaquer au relief dans l'attente du poisson.
Mais il faut bien le reconnaître, le sar n'est pas le poisson le plus curieux. On préférera la coulée et surtout l'indienne. Dans ce dernier cas, il faudra parcourir le fond sans utiliser ses palmes, en avançant en s'aidant de ses mains et essayer de surprendre les sars derrière des rochers ou des avancées rocheuses quand ils sont encore en train de manger, tôt le matin.
Mais bien sur en méditerranée, la chasse à trou s'impose d'elle-même. On enrague les poissons en faisant du bruit avec les bras, ou avec le bruit du moteur. Une dernière solution peut-être la chasse dans l'écume .
La technique consiste à plonger à quelques mètres de la côte et descendre jusqu'au fond. Puis, en prenant appui sur les pierres, on s'approche de la paroi en longeant le fond, et une fois le poisson vu, on accélère tout en tendant le bras pour décocher sa flèche.

La daurade royale

ImageNom scientifique : Sparus Auratus
Noms communs : dorade, daurade, dorée,

Caractéristiques physiques

Taille et poids
Peut atteindre 10 kg et dépasser 70cm. Les poids moyens sont compris entre 350 g et 2 kg. Les daurades entre 3 et 5 kg sont plus communes par des fonds importants entre 35 et 100 mètres en hiver.

Morphologie
Corps ovale plus élevé vers la tête et comprimé latéralement. La tête est courte et massive avec des joues bien dessinées. Le front est relativement abrupte. Les nageoires pectorales sont relativement longues et effilées à leur extrémité. Il n’y a qu’une nageoire dorsale avec 11 rayons épineux et 13 rayons mous. La nageoire caudale est assez échancrée et paraît être puissamment reliée au corps.

Habitat

La daurade royale est un poisson necto-benthique, c’est à dire qui vit proche du fond d’où il tire sa subsistance. Les daurades arrivent en plus grand nombre aux environs de mai-juin, dès les premiers beaux jours et lorsque l’eau de la mer dépasse les 18 °. Bien que les royales se nourrissent souvent sur des fonds de sable et de graviers, on les rencontre sur des fonds rocheux où elles décrochent toutes sortes d’animaux, coquillages, oursins, crustacés et vers marins. On peut également les voir au-dessus des herbiers de posidonies qu’elles franchissent pour se rendre d’un site à l’autre A l’age adulte, elles affectionnent également les jeunes céphalopodes, en particulier les seiches. Mais ce qui attire par dessus tout ces demoiselles se sont les chapelets de moules accrochés aux rochers.

Approche

Les daurades s’approchent du bord quand la mer est agitée pour se nourrir, et il est alors plus facile de l’approcher par surprise. L’agachon est possible mais quand l’eau est claire et calme cela devient plus difficile de la tromper Si vous arrivez à caler des daurades à trou en les apeurant, celles-ci deviennent alors très vulnérables.
template joomlatemplate joomla gratuit
2017  Spearboy   globbers joomla templates